Accueil Actualités Former les formateurs locaux au sujet de l’illettrisme, une histoire de bienveillance

Former les formateurs locaux au sujet de l’illettrisme, une histoire de bienveillance

Écrit le 26/07/2019

Dans le cadre de la mission «  Vaincre l'illettrisme pour réussir… » le FIAF propose à une dizaine de formateurs du territoire de toute origine (entreprises, organismes de formation, psychologues, indépendants), la possibilité de mieux s’outiller pour accompagner les salariés en  situation d’illettrisme. Échange avec Patrick Lefferranderie, venu de métropole pour animer l’un des ateliers.

 

Quelle est votre expérience de l’illettrisme ?

J’ai commencé par accompagner des jeunes avec des difficultés d’apprentissage dans le secteur agricole en métropole, certains d’entre eux étaient en situation d’illettrisme souvent suite à un décrochage scolaire. J’ai également proposé des parcours de formation sur des compétences de base auprès d’un public plus large, socialement en difficulté. Puis j’ai suivi un cursus universitaire.

Depuis une vingtaine d’années je suis aussi dans l’édition et je propose des audits et de l’ingénierie de formation à destination des organismes de formation pour accompagner ces publics en difficulté : structuration du raisonnement, apprentissage, compétence de base…

 

L'illettrisme nécessite une approche spécifique dans la formation ?

Ce que je constate, c’est que l’on est en situation d’illettrisme pour des raison diverses : un cursus personnel difficile, des freins ou des blocages divers, une sortie du système scolaire… Et souvent, malheureusement, les formations ou l’enseignement classique ne fonctionnent pas. Mon approche est de donner aux formateurs des outils différents pour mieux accompagner ces publics. Par exemple, par la remise en question et l’introspection de leur pratique et de la manière dont ils transmettent leur savoir, ils doivent absolument se remettre être en question et se mettre à la place de leur public. Cela passe aussi par une meilleure connaissance des personnes en situation d’illettrisme pour améliorer leur pratique d’animation avec de nouvelles techniques et des mises en situation.

Il y a un facteur important à prendre en compte, c’est que les personnes qui ne maitrisent pas les compétences de base sont souvent des personnes qui manquent de confiance, elles ne se sentent pas capable d’apprendre et donc de réussir. Il faut inverser cette spirale négative et les amener petit à petit à reprendre confiance. Mettre l’apprenant dans des situations positives ou il est plus à l’aise, être bienveillant, proposer des activités ludo pédagogiques. Cela s’inscrit dans la durée. Je prend souvent la métaphore de la fleur qui va s’ouvrir lentement avec un peu d’eau et du soleil dans environnement propice et fertile ou l’enfant qui apprend à marcher, on l’encourage et on le relève quand il trébuche, on est dans la bienveillance.

Dernier exemple, l’éléphant d’Asie est souvent attaché par un petite cordelette reliée à un piquet qu’il pourrait casser en une fraction de seconde une fois adulte… mais tout petit il a toujours été habitué à y être attaché et il n’avait pas encore la force de l’arracher donc en grandissant il n’essaie même pas, il est formaté. Je ne tente pas de m’en sortir car je n’en suis pas capable… c’est la même chose pour l'apprenant en difficulté, le discours doit être : oui tu as des difficultés, mais ce n’est pas pour cela que tu n’es pas capable ou que tu n’as pas développé d’autres compétences par ailleurs… il faut aller chercher le positif et partir de cela, partir du chemin de chacun pour mieux accompagner, c’est au formateur de s’adapter et non l’inverse.

Autres actualités

Aucune actualité pour cette Thématique

Veuillez changer de Thématique pour obtenir des résultats