Accueil Actualités Sortir de l'illettrisme

Sortir de l'illettrisme

Écrit le 18/07/2019

Simon, 46 ans, est sorti d’une situation d’illettrisme depuis peu, aujourd’hui en emploi dans le secteur de l’agro-alimentaire, il nous raconte son histoire.

J’ai quitté l’école très tôt, en CM2, suite aux « évènements » mes parents ont décidé de nous retirer de l’école pour nous mettre à l'école populaire Kanak sur Lifou, à la maison on ne parlait que Le drehu. Donc la lecture, l’écriture en français ou le calcul n’étaient pas maitrisés. Puis en sortant de l’école, je suis resté travailler pour la famille. En grandissant, vers mes 18  ans, j’ai réalisé qu’il fallait que je vois d’autres choses. Je me souviens que pour les fêtes de fin d’année, des cousins installés à Nouméa venaient nous voir et j’ai ainsi découvert, en discutant avec eux, qu’il y avait d’autres horizons possibles. 

Je me souviens, la première fois que je suis venu à Nouméa, je n’ai rien dit à mes parents, c’était pour le service militaire (en principe de 3 jours) mais je suis resté un an ! Au bout d’un an, lorsque je suis rentré sur Lifou pour un mariage, j’avais très peur de la réaction de mon père... Finalement, ils ont fini par accepter que je revienne travailler dans le cercle de la tribu.

Quelques années après, en 2010, je me suis décidé à revenir sur Nouméa pour trouver un emploi et gagner mon argent, mais, en situation d’illettrisme, je me suis confronté à pas mal de difficultés notamment pour les démarches administratives. Je me suis donc, dans un premier temps, inscris à la DEFE et j’ai sollicité de l’aide pour remplir les papiers. J’ai finalement trouvé un premier emploi dans le bâtiment avec un entrepreneur qui m’a appris le métier mais j’étais toujours incapable de lire un plan par exemple. J’ai ensuite réalisé plusieurs missions dans ce secteur. J’ai aussi créé une patente mais je sollicitais tout le temps l’aide de quelqu’un pour les papiers et ce n’était pas idéal. Puis j’ai décidé de faire autre chose.

En 2017, j’ai vu qu’il y avait une formation pour être agent de sécurité et cela m’intéressais mais lors de l’entretien d’embauche, ils se sont aperçus de mes difficultés en français et ils m’ont dirigé vers un accompagnement de 8 mois. C’était intensif mais je me suis accroché, j’avais la volonté d’apprendre à lire et écrire car c’était un réel manque. Grâce à cette formation, j’ai aussi pu effectuer des stages en entreprises. Comme j’aimais aider à la préparation de la cuisine dans ma tribu, je réalisé des stages dans ce domaine. Mes employeurs ont été satisfait de mon travail et m’ont finalement proposé un emploi. Aujourd’hui, je suis capable de lire les consignes, faire les calculs pour les mesures… J’ai gagné la confiance de mon responsable, je suis de plus en plus autonome, je gère mon travail et mon quotidien seul, c’est une vrai satisfaction. J’ai maintenant envie d’être encore plus formé et de progresser. Et à la maison, nous nous aidons mutuellement avec l’une de mes filles qui est en primaire !

À terme je souhaite revenir dans ma tribu, montrer que j’ai réussi et donner l’exemple aux jeunes.

Autres actualités

Aucune actualité pour cette Thématique

Veuillez changer de Thématique pour obtenir des résultats