Accueil Actualités Succès story d'une personne en "Ex- Situation d'illettrisme" 05 avril 2019

Succès story d'une personne en "Ex- Situation d'illettrisme" 05 avril 2019

Écrit le 13/04/2019

 

Le combat de Jean-René Mahé contre l’illettrisme récompensé par les Palmes académiques.

« Jusqu’à mes 43 ans, je ne savais ni lire ni écrire. Mon nom, mon prénom, ça allait mais ça s’arrêtait là… » Et pourtant, à 63 ans, Jean-René Mahé recevra bien, ce vendredi 5 avril, les Palmes académiques, dans sa commune de Guerlesquin (29). Et au moment où on les lui épinglera, c’est tout son parcours qui repassera dans sa tête.

« Mon illettrisme m’étouffait »

Ses cinq ans, quand il entre à l’école du bourg, à Guerlesquin. « Dès que j’ai essayé de relier les lettres, ça a été comme un mur que je savais que je ne franchirai jamais. Pourquoi ce n’est pas venu ? C’est une énigme… Mais c’est là que j’ai commencé à souffrir… », raconte celui qui se décrit comme le « canard boiteux » de la famille. En classe, c’est le « système D ». « Vous ne pouvez pas imaginer tous les stratagèmes qu’un illettré peut mettre en place pour cacher son handicap… Ça m’étouffait ! » À 13 ans, alors qu’il vient de perdre son père, il tente, une première fois, de mettre fin à ses jours. « Je savais l’avenir qui m’attendait… Ce sont mes copains qui m’ont sauvé ».

À 16 ans, direction le monde du travail, chez Tilly, l’abattoir de volailles de la commune. « On est en 1972, c’est le plein-emploi, à cette époque on cherchait plutôt des bras que des cerveaux ! ». C’est aussi à cette époque qu’il obtient son permis de conduire. « Le seul diplôme que j’ai jamais eu ! J’étais enfin un peu libre et autonome ! ».
 

« Un illettré ne s’appartient pas »

La vie passe : Jean-René Mahé se marie avec Huguette, ils ont cinq enfants, une grande maison et deux emplois stables. « Mais quand on ne sait pas lire ni écrire, on ne s’appartient pas ! On ne peut pas voter. Et quand j’ai rencontré ma future femme, au début on s’écrivait. C’est ma mère qui me lisait ses lettres et qui écrivait les réponses… » Toutes ces années, « chaque matin, je me levais en me demandant à quelle situation j’allais devoir faire face… Rien que vendre les tickets de tombola des enfants, je ne pouvais pas ! Suivre les devoirs, impossible ! Il a fallu bluffer. La grande avait 23 ans quand je l’ai dit à mes enfants… »

À 43 ans c’est le choc. « J’ai eu un problème à l’épaule. Terminé les métiers manuels. Pour moi, tout s’effondrait. Je savais qu’il me serait difficile de retrouver du travail. J’ai eu peur de tout perdre et j’ai refait une tentative de suicide… » Le déclic pour apprendre à lire suivra, grâce à son kiné, qui lui trouve un atelier de lecture et d’écriture, à Morlaix. « On m’a tendu la main, on m’a écouté et on m’a dit qu’ici, ce n’était pas l’école. Qu’on était là pour m’aider ». Et en novembre, moins de six mois plus tard, il sait lire quatre à cinq lignes « et les comprendre ! ».
La même tutrice depuis 17 ansEt en 2003, parce qu’il veut que son parcours serve aux autres, Jean-René Mahé créé Addeski, l’association de lutte contre l’illettrisme, qui depuis a aidé entre 300 et 400 personnes. Il y est apprenant et a, comme les autres, un tuteur. « C’est la même depuis 17 ans ! Tous les lundis, je travaille encore avec Adrienne. Elle fait partie de la famille ! ».

Ces Palmes académiques, c’est « un aboutissement concret de mon combat mais ce n’est pas fini ! ». Non, vous entendrez encore Jean-René Mahé raconter son histoire, comme il le fait depuis vingt ans à la télé, à la radio, dans les journaux. « Ça en énerve certains mais ça permet de faire parler de l’illettrisme. Si ça peut atteindre quelqu’un et lui faire sauter le pas, alors c’est une victoire ! ».

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/bretagne/guerlesquin-ancien-illettre-il-reco...

Autres actualités

Aucune actualité pour cette Thématique

Veuillez changer de Thématique pour obtenir des résultats